Qu’est-ce que l’église?

  • par
Qu'est-ce que l'église catholique
  • Save

Qu’est-ce que l’église? Il est courant que les gens utilisent le terme « église » pour désigner le bâtiment ; l’infrastructure où ils assistent pour rencontrer Dieu, mais la vérité est que cette définition n’est pas correcte.

On peut affirmer sans gêne que l’Église est une communauté de fidèles qui professent leur foi en Jésus-Christ et en sa résurrection.

Ceux qui se sont d’abord définis comme « chrétiens » à Antioche, peu après la conversion de saint Paul. L’Église est née pour continuer la mission de salut de Jésus qui, avant de monter au ciel, confia à ses disciples, les douze apôtres, la tâche d’être ses témoins « jusqu’aux extrémités de la terre » et d’annoncer la « bonne nouvelle ». , l’Évangile, à tous les peuples.

L’Église, née dans un milieu juif, s’est aussi répandue parmi les païens ; Après de vives discussions, les apôtres décidèrent de ne plus obliger les chrétiens à observer bon nombre des règles établies par la loi de Moïse (comme la circoncision et les sacrifices d’animaux). Au début, les apôtres priaient avec les Juifs dans le temple de Jérusalem ; puis, après de forts contrastes avec la communauté juive, ils ont commencé à célébrer des liturgies et des prières séparées dans les maisons des chrétiens qui pouvaient les accueillir.

Étymologie

L’origine du mot Église vient du mot grec « Ekklesia », qui signifie « assemblée » ou « convocation », « convoquer ».

L’expression est reprise dans les parties les plus récentes de la Septante (la version grecque de la Bible) en contrepartie des termes hébreux qāhāl et ‛ēdāh, avec le sens de « rassemblement » du peuple juif, rassemblement religieux et politique à en même temps. C’est donc dans la Septante que le terme ἐκκλησία commence à acquérir un sens spécifiquement « culturel et juridique » en grec.

Les auteurs du Nouveau Testament n’ont pas tiré ce terme de son utilisation en Grèce, mais précisément de la Septante.

Suivant l’ordre canonique, la première mention du terme ἐκκλησία dans la Bible grecque se trouve dans Deutéronome, 4.10, où curieusement les soixante-dix écrivent tei hemerai tés ekklesías (« le jour de l’assemblée »), sans confirmation précise dans le canon massorétique , peut-être à cela induit par l’utilisation de l’impératif haqhēl, « rassemble » (de la même racine que qāhāl).

D’autres passages du Deutéronome qui utilisent l’expression ἐκκλησία sont 9.10 et 18.16, mais voir aussi le Premier Livre des Rois, 8.65. Lorsqu’il est suivi du génitif « du Seigneur », ἐκκλησίαν κυρίου (« assemblée du Seigneur »), il traduit le terme hébreu קהל יהוה (Deutéronome, 23.2ff ; Michée 2.5). Il est intéressant, cependant, que le grec original des Actes appelle ἐκκλησία le rassemblement des citoyens d’Éphèse dans le théâtre de la ville : « Pendant ce temps, qui criait une chose, qui une autre ; en fait, l’assemblée était confuse ; et le la majorité ne savait pas pourquoi ils s’étaient mis ensemble », en l’occurrence non pas de manière religieuse mais purement civile (19,32).

La Septante utilise également un deuxième terme pour traduire le concept hébreu de « peuple de Dieu », συναγωγή (sunagōgē), « rassemblement », « assemblée », d’où « synagogue », qui n’est presque jamais utilisé dans le Nouveau Testament pour désigner les chrétiens. , car il indiquait déjà la communauté juive et son lieu de culte.

Comme l’a indiqué EW Bullinger, ce mot était utilisé pour tout type d’assemblée, mais surtout pour les assemblées de citoyens, ou d’une partie d’entre elles, « citoyens ».

Dans le Nouveau Testament, il est utilisé 115 fois, dont seulement 3 sont traduits par « assemblée », tandis que 112 par « église ». Il suffit de regarder les trois fois où il est traduit par « assemblée » pour comprendre qu’il n’est pas utilisé exclusivement pour les assemblées chrétiennes.

En effet, dans Actes 19, à propos d’une manifestation contre Paul qui eut lieu à Ephèse, il est écrit :

Actes 19:32, 35, 39, 41

« Pendant ce temps, certains criaient une chose, d’autres une autre, à tel point que la réunion [en grec« ekklesia »] était confuse et la plupart ne savaient pas pourquoi ils s’étaient rassemblés. … Après avoir calmé la foule, le chancelier dit [à l’assemblée] : «… Si vous avez alors une autre demande à faire, elle sera résolue en assemblée ordinaire [grec« ekklesia »]. … Et après avoir dit ces choses, il a dissous la réunion [grec « ekklesia »] « .

Il résulte de ce passage que le mot « ekklesia » était utilisé pour les non-chrétiens et, comme dans ce cas, aussi pour les assemblées anti-chrétiennes.

Il est évident que le sens général du mot « ekklesia » est « assemblée » également à cause de l’usage qui en est fait dans la LXX, où il est utilisé 71 fois, le tout comme traduction du mot hébreu « qahal », qui signifie « convoquer une assemblée, un acte ; une assemblée, une congrégation, une convocation ; une assemblée au sens large, ou de plusieurs hommes, de plusieurs troupes, de plusieurs nations, de plusieurs méchants, de plusieurs hommes pieux, etc. ”.

Pour conclure, donc, le sens général du mot « ekklesia » est « assemblée ». Ce mot n’était pas utilisé exclusivement pour les assemblées chrétiennes, ni pour les bâtiments qui abritaient ces assemblées. Au contraire, c’était un terme général utilisé pour tout type d’assemblée.

Nouveau Testament

Après avoir vu le sens général du mot « ekklesia », il est temps de voir ce que cela signifie dans la Parole de Dieu et en particulier dans les passages de la Parole qui se réfèrent à l’âge de grâce (c’est-à-dire dans Actes et Épîtres 5 ) dans laquelle nous vivons.

Bien que ce mot signifie ici aussi assemblée, il s’agit cette fois d’une assemblée spécifique, qui a pour membres TOUS ceux qui sont nés de nouveau, c’est-à-dire tous ceux qui ont confessé le Seigneur Jésus de leur bouche, et qui ont cru dans votre cœur. Dieu l’a ressuscité des morts (Romains 10 : 9).

Un autre terme que la Bible utilise pour définir tous ceux dans le monde qui croient en Christ est « corps » ou « le corps de Christ ». En lisant divers passages de la Parole de Dieu, nous pouvons nous rendre compte que « l’église » et « le corps » ou « le corps du Christ » sont des synonymes qui sont utilisés pour définir la totalité des croyants en Christ. Ainsi, à partir de 1 Corinthiens 12:27, Colossiens 1:18, Ephésiens 1: 22-23, nous lisons :

Ce sont tous les croyants ensemble qui constituent le soi-disant corps du Christ.

La Bible ne dit pas qu’en cet endroit il y a un corps et en cet endroit un autre. Il ne dit pas non plus que cette confession religieuse est un corps et que cette confession est un autre corps. La Bible ne fait aucune distinction fondée sur la religion, la couleur, la classe, l’endroit où vous vivez ou pour toute autre raison.

Compte tenu de ce sens, la définition de l’Église correspondrait à la communauté chrétienne issue de la même confession ; un groupe de personnes qui fréquentent le temple pour prier et accomplir certains rituels tels que la messe. Cependant, les écritures ne font pas de distinction entre le pluriel et le singulier, donc « Église » pourrait se référer à plusieurs congrégations.

catholique

L’Église catholique est la communauté chrétienne établie par le Christ ; confiée à Pierre et aux autres apôtres pour diriger et diffuser les enseignements de Jésus-Christ. Sur la base de cette prémisse, cette église se considère comme la seule congrégation chrétienne authentique.

Après que Pierre a été nommé par Jésus à la tête de l’église, il a exercé son ministère au siège de Rome jusqu’à la fin du 1er siècle.Depuis lors, l’évêque de Rome, le Pape, a été considéré comme le successeur direct de l’apôtre Pierre; une entité chrétienne qui a l’autorité de régner sur l’Église catholique du Saint-Siège.

Christian

L’église chrétienne ou le christianisme englobe tous les croyants à la vie et aux enseignements de Jésus de Nazareth ; C’est le courant religieux le plus étendu au monde, avec plus de 2,5 milliards d’adeptes. De là, diverses branches ont émergé qui ont interprété et exprimé les éléments du livre saint (Bible) différemment.

Le catholicisme, l’orthodoxie et le protestantisme sont les principaux courants du christianisme ; dont la première est la plus nombreuse. L’un des aspects les plus pertinents qui différencient ces confessions est leur position par rapport au Pape ; Depuis la Réforme radicale au XVIe siècle, les protestants ne reconnaissent pas l’autorité du pape, alors que les catholiques la maintiennent encore.

National

Depuis le début du christianisme, les familles ont constitué une partie importante de cette religion ; puisque le foyer est le lieu où commence l’enseignement de la foi chrétienne, les parents étant les premiers chargés de transmettre cette connaissance à leurs enfants.

Par conséquent, l’église domestique est considérée comme la foi chrétienne présente dans toutes les familles, communautés et paroisses qui vivent selon la parole de Dieu. Les familles qui prient ensemble, assistent régulièrement à la messe et évitent les mauvaises pensées peuvent être considérées comme une église domestique.

Épiscopal

Episcopal est le nom donné à l’Église nationale des États-Unis, qui dérive de la communion anglicane. Avant la guerre d’indépendance, cette Église a dû accepter la suprématie du monarque britannique ; Après la défaite britannique et la signature du traité de paix, les États-Unis ont finalement obtenu leur indépendance non seulement politique mais aussi religieuse.

Il est à noter que ce processus était long et compliqué, car les Anglais n’acceptaient pas la consécration des évêques anglicans qui ne prêtaient pas allégeance à la couronne britannique. Cependant, le Scottish Episcopal College a accepté de consacrer le premier évêque américain ; depuis lors, la succession apostolique aux États-Unis vient des évêques d’Écosse.

Qu'est-ce que l'église épiscopale
  • Save
Qu’est-ce que l’église épiscopale

méthodiste

L’Église méthodiste ou méthodisme était un mouvement chrétien qui a émergé au XVIIIe siècle au Royaume-Uni ; dirigé par John Wesley, son frère Charles Wesley et George Whitefield. L’idée originale de ces jeunes était de renouveler certains principes de l’église anglicane, après une étude approfondie des écritures sacrées et l’analyse de leur impact sur la vie quotidienne.

Chaque semaine, ces personnages, avec d’autres étudiants, se réunissaient dans des espaces de l’Université d’Oxford pour débattre de la vie chrétienne ; qui visitait aussi les pauvres et les malades. Cependant, John Wesley ne s’attendait pas à ce que son idée évolue vers une nouvelle dénomination chrétienne, qui serait prêchée en plein air par les premiers méthodistes.

Réformé

Ce terme a été utilisé à tort pour désigner toutes les églises protestantes qui sont nées au XVIe siècle, à partir de la réforme radicale. Mais la vérité est que ce nom doit être attribué exclusivement aux églises chrétiennes dirigées par Jean Calvin.

Sur cette base, nous pouvons dire que le calvinisme était le mouvement responsable de la création de l’Église réformée ; un système théologique initié en Suède qui caractérise la deuxième phase du protestantisme, après l’expulsion de Martin Luther de la confession catholique.

La doctrine de cette église est basée sur la superposition de la Bible à toute autre affirmation, la foi en Christ et son rôle de seule autorité devant l’église ; par conséquent, ce courant religieux ne croit pas aux personnes ou aux groupes qui ont reçu le pouvoir d’autorité par révélation directe.

adventiste

Les idées de William Miller, principalement sa prédiction de la seconde venue de Jésus-Christ, ont permis le début du mouvement millérite. Ce mouvement dirigé par Miller a pris fin après la Grande Déception et la grande majorité de ses partisans, dont Ellen Gould White, l’a abandonné.

Après cet événement historique, Ellen G. White a affirmé avoir des révélations importantes grâce à son don de prophétie, devenant les fondements du mouvement adventiste. Les représentants de l’Adventisme ont conclu que Miller n’avait pas correctement interprété les événements du livre de Daniel, et ils ont établi que la venue de Jésus-Christ est imminente.

Primitif

L’église primitive comprend la période entre l’âge apostolique et le premier concile de Nicée ; dates où le christianisme n’avait pas encore été établi comme religion officielle de l’Empire romain.

Avant le christianisme, les gens adoraient les dieux ou les empereurs de la cité, de la tribu ou de la ville à laquelle ils appartenaient ; fondamentalement, l’humanité était divisée selon la race ou la classe sociale. Avec l’arrivée du christianisme, les gens avaient la liberté d’appartenir ou non à cette religion, indépendamment de leur race ou de leur statut social.

Au cours des trois premiers siècles, les chrétiens ont été persécutés, menacés et punis pour leurs croyances ; cependant, ils ont su pardonner à leurs adversaires et n’ont jamais riposté contre eux. De plus, cette religion était également caractérisée par une hospitalité sans discernement envers les malades et la maîtrise de soi des désirs sexuels.

Presbytérien

La pertinence de l’autorité du pape et l’établissement d’un gouvernement pyramidal dans l’église ont été quelques-uns des facteurs qui ont conduit à la Réforme protestante au XVIe siècle. Ce mouvement a également eu une influence significative en Ecosse ; pays où l’église presbytérienne est née.

Certaines des idées protestantes du calvinisme ont été entendues par John Knox, un prêtre catholique écossais qui a décidé de se rendre à Genève pour rencontrer personnellement John Calvin et apprendre de lui.

À son retour en Écosse, Knox a commencé à prêcher les principes qui rejetaient les abus commis par l’église romaine et a rapidement gagné en popularité. Ses efforts ont payé et finalement en 1560 l’église presbytérienne a été officiellement établie. Histoire de l’Église presbytérienne.

Baptiste

L’église baptiste est un mouvement évangélique, par conséquent, nous devons commencer par comprendre ce concept. L’évangélisation est un mouvement né de la Réforme anabaptiste radicale du XVIe siècle ; à l’époque, les croyants de ce courant religieux étaient appelés anabaptistes.

Des années plus tard, plus précisément en 1609 à l’époque moderne, l’Anglais John Smyth a lancé le mouvement baptiste ; la fondation de la première église baptiste et le baptême de 36 croyants ont été considérés comme le début de cette nouvelle doctrine chrétienne.

À ce moment-là, ceux qui appartenaient à cette religion avaient déjà cessé de s’appeler « anabaptistes », car c’était un terme qui lui était attribué par leurs adversaires.

Byzantin

L’église byzantine ou également connue sous le nom d’église orientale, était la congrégation chrétienne formée pendant l’empire byzantin. L’expansion de cet Empire a permis au christianisme de se répandre dans toute l’Europe. Cependant, la religion officielle à l’époque était le paganisme et ses représentants se sentaient menacés par la nouvelle idéologie.

En 313 après JC, l’empereur Constantin a publié l’édit de Milan, une loi établissant la liberté de culte et mettant fin à la persécution des chrétiens. À son tour, sur Byzance, il construit la ville qui deviendra l’Empire d’Occident, qu’il nomme Constantinople en son honneur.

Des années plus tard, l’empereur Théodose divisa l’Empire en celui d’Occident et celui d’Orient, dont la capitale était la ville de Constantinople. Quant à la religion, pendant ce gouvernement Théodose promulgua l’édit de Thessalonique ; un document qui déclarait le christianisme religion officielle de cet empire et interdisait le paganisme.

Les différences dogmatiques et les intérêts politiques par part de l’Église romaine, ont été des déclencheurs du schisme oriental; il s’agissait d’un traité qui divisait officiellement le christianisme en l’Église catholique apostolique romaine, qui dépendait de l’autorité du pape, et l’Église orthodoxe orientale, qui était fidèle à l’autorité du patriarche de Constantinople.

Copte

L’influence du christianisme dans les pays arabophones a permis la formation de l’Église copte ou de l’Église copte orthodoxe d’Alexandrie; l’une des plus anciennes congrégations chrétiennes fondées en Egypte. L’origine de cette église remonte à l’époque de Marc l’évangéliste, considéré par les coptes comme le premier pape d’Alexandrie.

En raison de différends théologiques et dogmatiques, l’Église copte s’est séparée des autres confessions chrétiennes lors du Concile de Chalcédoine et à ce jour, cette congrégation ne communie pas avec les églises orthodoxes européennes et ne reconnaît pas l’autorité du patriarche de Constantinople.

Quadrangulaire

Les visions de la Canadienne Aimée Semple McPherson, lui ont permis de trouver une autre interprétation au récit biblique d’Ezequiel. Dans ce fragment, Ézéchiel parlait de quatre êtres vivants, qui étaient compris par McPherson comme quatre aspects principaux de la vie et de l’œuvre de Dieu ; D’où le terme « Foursquare » qui a été attribué à cette église.

Les quatre aspects incorporés par cette doctrine parlent de Jésus-Christ comme le seul moyen de salut ; la capacité de Christ de baptiser ses croyants par le Saint-Esprit ; Jésus-Christ comme guérisseur de toutes nos maladies et péchés ; et le retour de Jésus comme Roi des rois.

Cette femme évangéliste a suscité de nombreuses controverses, qui ont déclenché le mouvement Foursquare en 1921 et l’inauguration de sa première église en 1923 dans la ville de Los Angeles, en Californie.

De la Scientologie

L’Église de Scientologie a été inaugurée en 1954 par l’écrivain de science-fiction et de fantasy Ron Hubbard. Initialement, le projet portait sur un système de psychothérapie appelé dianétique, basé sur certains principes de Sigmund Freud ; qui a échoué et a été transformé en une affaire religieuse par Hubbard.

La Scientologie a quelques similitudes avec le Dharma, déclarant que les humains sont des êtres spirituels qui ont oublié notre nature et nos buts dans la vie ; Pour nous revoir, nous devons passer par une méthode appelée audition, qui est une sorte de régression qui nous permet de nous souvenir des événements traumatisants de notre vie passée afin de nous libérer de leurs fardeaux.

Évangélique

Les églises évangéliques se caractérisent par le maintien des doctrines du christianisme primitif et de la Bible comme la plus haute autorité de leur foi. De plus, ils rejettent certains principes du catholicisme, du luthéranisme et du calvinisme.

Un aspect qui différencie cette dénomination chrétienne des autres est le processus d’évangélisation, qui consiste à prêcher ou à répandre la parole de Dieu dans le but de trouver le salut.

Qu'est-ce que l'église évangélique
  • Save
Qu’est-ce que l’église évangélique

pentecôtiste

L’évangélisation a dérivé dans de nombreux autres courants ou branches, dont les Églises évangéliques pentecôtistes en font partie. Cette branche met l’accent sur la manifestation terrestre du Saint-Esprit ; la présence de Dieu dans un corps peut permettre la compréhension d’autres langues, la révélation des prophéties, la guérison des maladies et la réussite dans les aspects de la vie quotidienne.

Cette caractéristique du pentecôtisme est enregistrée au cours du 20e siècle, lorsque certains membres du mouvement wesleyen ont commencé à parler d’autres langues, qu’ils associaient à la preuve biblique qu’ils avaient été baptisés par le Saint-Esprit. Les croyants ont affirmé que ce don qui leur avait été fait leur permettrait de vivre comme des apôtres et de participer aux ministères.

luthérien

L’Église évangélique luthérienne fait partie des confessions catholiques protestantes, qui s’identifient à la théologie de Martin Luther. L’union de trois églises luthériennes aux États-Unis, a donné naissance en 1988 à cette vaste congrégation ; qu’il ne faut pas confondre avec une secte ou une nouvelle dénomination, mais comme une adaptation actuelle de l’ancienne église chrétienne.

L’église luthérienne affirme et enseigne à ses croyants que la parole de Dieu ou la Bible est la seule vérité absolue sur Terre et que son étude permet le salut. De plus, cette église croit que Dieu est représenté de trois manières : le Père, le Fils et le Saint-Esprit ; un aspect qui est rejeté par d’autres confessions comme les orthodoxes.

L’Église évangélique luthérienne prêche également sur le péché de l’homme ; affirme que nous sommes tous pécheurs de naissance et est la raison du mal qui existe dans le monde. De même, les luthériens enseignent que la Loi de Dieu exige des pensées et des actions parfaites, qui ne peuvent être accomplies par l’homme et sont donc condamnées.

Apostolique

L’origine de l’Église néo-apostolique remonte à 1830 en Grande-Bretagne, lors d’un mouvement de réforme à la recherche d’un nouveau sens de l’esprit saint. Cependant, sa fondation n’était pas officielle jusqu’au schisme qui s’est produit à Hambourg en 1863 ; après certains désaccords en termes de définitions qui avaient été faites des écritures sacrées.

Les doctrines de cette Église coïncident avec certaines croyances d’autres congrégations évangéliques ; tels que la mort de Jésus-Christ comme compensation de nos péchés, la seconde venue de Jésus sur Terre, la renaissance de l’homme par le baptême et l’accomplissement des commandements.

Au moyen Âge

De toutes les étapes qui ont marqué l’histoire, le Moyen Âge est la période où l’Église a eu le plus grand rôle. Au XIe siècle, le christianisme s’est établi en Europe, du fait que la majorité de la population était chrétienne ; par conséquent, l’Église médiévale était immergée dans de nombreux aspects politiques et sociaux, même lorsque d’autres croyances existaient.

Mais malgré le succès de la communauté chrétienne à cette époque, elle fut touchée par le schisme d’Orient. Ce document promulgué établissait que la communauté chrétienne d’Occident, qui restait toujours fidèle à l’autorité du Pape, serait séparée de la congrégation chrétienne d’Orient, qui ne reconnaîtrait que l’autorité de son patriarche.

Féodal

Après le schisme d’Orient, le christianisme était divisé ; L’Orient était sous la communion de l’Église orthodoxe orientale, tandis que l’Occident restait fidèle à la doctrine de l’Église catholique romaine. Au-delà de la théologie qui différenciait ces deux congrégations, le pouvoir féodal acquis par l’Église d’Occident marqua un tournant au Moyen Âge.

Cette institution religieuse en Occident était étroitement liée au féodalisme ; il possédait de grandes étendues de terre et recevait un dixième des récoltes du peuple en dîme. De même, les nobles avaient le droit d’appartenir au clergé ; nom que le groupe de représentants de l’église catholique avait reçu.

Un autre fait qui caractérisait l’Église catholique pendant la féodalité était son pouvoir sur le roi ; l’autorité de cette institution ne pouvait être remise en cause, rejetée ou déplacée.

Gnostique

Gnostique dérive du mot « gnose », qui signifie « connaître » ou « connaissance » et est la base du gnosticisme. Cette doctrine est née des idées juives et chrétiennes des Ier et IVe siècles ; les groupes qui la pratiquaient accordaient une grande importance à la connaissance au-delà des croyances et des traditions établies à cette époque, ce qui a eu un grand impact sur l’église chrétienne.

Les Gnostiques associaient le bien à l’esprit et aux choses cachées ; tandis que l’existence de la matière était considérée comme le commencement du mal. Ce concept s’appliquait à Dieu, un être suprême et caché, mais qui était aussi une divinité malveillante puisqu’il était responsable de la création de l’Univers.

Les gnostiques avaient la conviction que le salut ne s’obtenait pas par la foi en Christ, ils défendaient que seul l’être humain pouvait se sauver par la connaissance absolue du divin.

Grec orthodoxe

L’Église grecque orthodoxe fait partie de la religion officielle de la Grèce, actuellement composée de plus de 9 millions de croyants. Cette église était sous l’autorité du patriarche de Constantinople ; mais à la fin de la guerre contre les Turcs, cette institution ecclésiastique fut séparée de cette juridiction en 1833, qui ne fut approuvée qu’en 1850.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, cette église a été fortement touchée, principalement par le grand nombre de décès de prêtres. Heureusement, la collaboration de l’État, des médias, des fondations apostoliques et des œuvres caritatives ont permis sa reprise.

gothique

Le romantisme est remplacé par l’art gothique après son arrivée au milieu du XIIe siècle ; qui généra un grand impact sur l’architecture des cathédrales de Paris et du reste de l’Europe occidentale jusqu’à la fin du XVe siècle, lorsque la Renaissance fit son apparition.

Le mouvement gothique est né à la suite d’une réforme religieuse, qui a rejeté les excès décoratifs qui avaient été utilisés pendant le romantisme dans la construction des églises.

Ce nouveau style artistique avait pour but de réduire la dégradation morale de l’église, de restaurer sa pureté et d’éviter l’utilisation d’éléments qui pourraient distraire le moine lors de sa prière. Cependant, ces objectifs ne furent pas atteints, car le temps montra que les œuvres d’art gothique étaient tout aussi ostentatoires que celles critiquées par leurs représentants.

Quant aux caractéristiques des cathédrales construites à cette époque, remplaçons l’horizontalité par la verticalité ; une qualité qui était destinée à donner un sens ascendant à la structure, comme si elle se dirigeait vers le ciel. De plus, l’utilisation de pierres taillées et de vitraux était la principale ressource pour ces constructions.

grégorien

La féodalité était une époque caractérisée par une stricte répartition des couches sociales. Les seigneurs féodaux avaient le pouvoir sur les ressources des plus pauvres et se sont progressivement impliqués dans d’autres aspects sociaux tels que l’église.

L’église pendant le féodalisme a eu une crise profonde ; elle était plongée dans la corruption, en raison du désir d’obtenir les biens temporels (matériels) de la Terre. Certains des vices qui se sont produits dans l’église pendant cette période étaient la simonie, les Nicolaïtes et la dotation des laïcs.

Des années plus tard, le pape Nicolas II a établi des mesures pour que ces vices dans l’église soient diminués; il réussit à organiser le conclave, nouvelle manière d’élire le pape.

Enfin, en l’an 1075, le pape Grégoire VII promulgua les idéaux de la Réforme grégorienne dans le « Dictatus Papae ». Ce document détaillait l’autorité du pape sur les nobles et les rois, lui seul aurait le pouvoir d’attribuer des postes ; le caractère obligatoire du célibat apostolique et le partage des affaires ecclésiastiques et étatiques.

Impérial

L’Église impériale s’étend sur la période allant de l’Édit de Milan en 313 après JC à 476 après JC ; qui a été gouverné par Constantin Ier depuis sa victoire en 306 après JC jusqu’à sa mort en 337 après JC.

Pendant cette période, l’église a atteint une place très privilégiée, puisque Constantin était l’empereur chargé de déclarer cette religion officielle, et d’interdire la persécution de ses adeptes par l’édit de Milan. Les chrétiens qui avaient été humiliés ont vu leurs maisons rendues et leurs temples reconstruits.

Un autre fait important qui a marqué cette période historique a été l’abolition de la crucifixion en tant que peine de mort, puisque la croix a été adoptée comme symbole pour identifier le christianisme. De plus, l’infanticide a été éradiqué et les combats de gladiateurs en tant qu’attraction ont été interdits.

Malgré l’influence positive que l’établissement du christianisme a eu sur l’État, malheureusement l’empire a pris fin comme beaucoup de principes de cette religion. Les bonnes et les mauvaises personnes cherchaient des positions dans l’église pour gagner une influence sociale et politique, positions qui étaient très faciles à obtenir ; bientôt l’église impériale fut inondée de mondains et d’hypocrites.

Invisible

Pour entrer dans le contexte, il convient de se poser la question suivante : qu’est-ce que l’église signifie à la fois visible et spirituel ? A partir de ce point, on peut dire que l’église visible est l’ensemble des éléments du christianisme que l’on peut observer ; comme le temple, le groupe de personnes qui font partie d’une église locale, la messe ou ceux qui professent la foi du Christ.

Par conséquent, chaque fois que quelqu’un demande ce qu’est l’église en tant que temple ? Nous pouvons vous expliquer que c’est l’Église ou l’infrastructure visible où se déroulent tous les cultes religieux.

D’autre part, lorsque nous parlons de l’église invisible ou spirituelle, nous nous référons à tous les croyants qui maintiennent un lien vital et céleste avec Dieu ; Qu’ils fréquentent une église visible ou non, leur foi en Dieu est si puissante qu’ils ont une véritable relation avec lui.

Et l’inquisition

L’Inquisition ou la Sainte Inquisition était un tribunal établi par l’Église catholique en collaboration avec l’autorité civile ; Sa fondation remonte à l’année 1184 en France et son objectif était d’enquêter, de surveiller et de condamner l’hérésie liée à l’Église qui persistait à cette époque.

Toutes les personnes qui allaient à l’encontre des croyances catholiques, refusaient d’appartenir à cette religion, pratiquaient la sorcellerie ou appartenaient à un autre culte étaient accusées d’être hérétiques ; la peine dans la plupart des cas était la peine de mort ou la torture.

jésuite

Jésuites est le nom donné aux membres de la Compagnie de Jésus, un ordre religieux catholique fondé en 1534 par Ignacio de Loyola et d’autres étudiants en philosophie de Paris. Loyola, qui a combattu dans les troupes de Carlos Ier, était déterminé à servir les âmes et pour atteindre son but, il a commencé des études théologiques et philosophiques approfondies.

En chemin, Loyola a rencontré plus de gens qui étaient d’accord avec son idée de développer une spiritualité moderne, qui sont devenus ses camarades de classe. À son tour, ce groupe religieux se caractérisait par une obéissance absolue à la hiérarchie de l’Église romaine ; ce qui leur a permis d’obtenir la reconnaissance du Pape Paul III.

Cependant, l’église avait ses propres intentions concernant cette permission qu’elle avait accordée à la Compagnie de Jésus. A cette époque, le christianisme présentait une profonde instabilité, le mouvement de réforme que Martin Luther avait déclenché mettait en danger l’Église romaine, ce qui a conduit à la naissance d’autres confessions religieuses.

Mais au vu de la fidélité dont les jésuites avaient fait preuve, le Pape vit l’opportunité d’initier une contre-réforme en utilisant la Compagnie de Jésus comme principale ressource ; C’est alors que cette institution participe au Concile de Trente et ses membres deviennent les miliciens de l’Église romaine pour surmonter les limitations imposées par les autres ordres.

Maradonienne

L’église maradonienne est une parodie religieuse créée par les fans du footballeur Diego Maradona. Cette église est née d’une blague, qui consistait à célébrer l’anniversaire du prestigieux footballeur.

Cependant, d’autres admirateurs, dont Alejandro Verón et Federico Canepa, ont accordé une plus grande importance à cette idée ; jusqu’au 30 octobre 1998, enfin, ils parviennent à fonder ce nouveau mouvement religieux.

Les fidèles de cette église considèrent Diego Maradona comme un dieu, tant dans le football que dans sa religion. De plus, ils affirment que l’objectif de cette congrégation est de maintenir l’héritage de cet ancien footballeur et de préserver ses exploits dans l’histoire du football.

Militant

L’église militante peut aussi être reconnue sous le nom de « pèlerin ». Cette église, avec le triomphant et le purgatif, constitue les États qui composent l’Église catholique, selon la doctrine énoncée par le Concile Vatican II par le pape Jean XXIII.

En termes généraux, cette église militante désigne la congrégation de chrétiens fidèles qui sont dans le monde terrestre et évitent ses tentations ; ils parcourent un chemin qui les mènera à l’Église triomphante pour profiter de la vie éternelle.

Mormon

« Église mormone » est le nom informel de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Son histoire commence avec un jeune Américain du nom de Joseph Smith, déconcerté par la diversité des opinions religieuses qui existaient au XIXe siècle.

Smith commence à étudier la Bible dans un effort pour trouver les directives correctes de la religion chrétienne ; mais plus tard, il décide d’aller directement à Dieu pour recevoir des réponses concrètes. Le Seigneur apparaît à Joseph en réponse à sa demande, lui confiant la tâche de restaurer l’église qui avait été établie à l’origine.

En 1823, par l’intermédiaire d’un messager céleste, Dieu a envoyé à Joseph l’emplacement de certains écrits qui ont été enterrés ; ces documents contenaient l’histoire du christianisme en Amérique du Nord. Grâce à la puissance de Dieu, Joseph est capable de traduire ces écritures, qui appartenaient à un prophète de Dieu nommé « Mormon ».

Joseph reçut l’autorité d’accomplir diverses ordonnances religieuses et, suivant les instructions du Seigneur, fonda l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours en 1830 ; la même année qu’il a publié le Livre de Mormon.

Novohispana

L’église novohispanique fait référence au mouvement religieux qui était présent pendant la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne, entre le XVIe et le XIXe siècle. A cette époque, l’église avait beaucoup d’importance grâce au Patronage Royal, un permis que le Pape accordait aux rois afin qu’ils puissent administrer les affaires ecclésiastiques de leur empire.

L’établissement des Espagnols en Amérique du Nord a également eu une grande influence sur les coutumes et les croyances des peuples qui habitaient ces terres ; Grâce à l’enseignement obligatoire, les colonisateurs ont inculqué la religion catholique aux peuples indigènes, qui ne croyaient jusque-là qu’en d’autres dieux et rituels.

Un événement qui a marqué la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne était l’apparition de la Vierge de Guadalupe au Mexique ; Cet événement s’est produit en 1531, lors de la tension religieuse qui a surgi dans ces terres en raison de la destruction et du déséquilibre que la colonisation espagnole avait causés.

Depuis lors, cette Vierge est devenue un symbole important de la culture mexicaine et de l’évangélisation de la vice-royauté.

Maranatha

Le mot Maranatha a une origine araméenne et signifie « Le Seigneur vient », donc cette église est la représentation d’un appel ou d’une convocation au Saint-Esprit. Le travail de cette institution a commencé en 1972, lors de petites réunions religieuses à Chicago ; puis en 1992, la première église Maranatha aux États-Unis a été fondée.

Cette communauté s’est progressivement étendue à d’autres pays, comptant actuellement plus de 700 églises à travers le monde. Les sièges sociaux aux États-Unis, au Venezuela et au Brésil sont ceux qui comptent le plus grand nombre de membres.

Nouveau Testament

La Bible est composée d’une première partie appelée l’Ancien Testament, qui rassemble tous les événements historiques survenus avant la venue de Jésus-Christ, de la création du monde à la relation de Dieu avec Israël et la vie des prophètes.

Le Nouveau Testament est le nom donné à la deuxième partie de la Bible ; une compilation d’écritures basées sur la vie, l’œuvre et la mort de Jésus-Christ, qui comprend également certains événements des premières décennies du christianisme. L’Église qui obéit et prêche la doctrine établie dans ce Testament est appelée « Nouveau Testament ».

Cette église utilise uniquement le Nouveau Testament parce que c’est là que la volonté de Jésus-Christ de créer une église apparaît, avant ces écritures, il n’y avait aucune trace de cette congrégation chrétienne.

Selon le pape François

À plusieurs reprises, le pape François a prêché que l’Église doit toujours rester ouverte ; Ce signe symbolise la disponibilité de l’Église à recevoir tous ses fidèles, même ceux qui n’avaient pas eu de contact avec elle mais qui souhaitent s’y joindre.

De plus, le Pape François souligne le courage que les prédicateurs ont eu à évangéliser pendant les temps apostoliques ; une période de nombreuses épreuves, principalement dues au rejet et à la persécution subis par les chrétiens. Le Pape utilise cette réflexion pour indiquer aux disciples de Dieu qu’ils ne devraient pas avoir peur de prêcher et de croire.

Tiers-Monde

Le Mouvement des Prêtres pour le Tiers Monde (MSTM) était un courant réformiste qui cherchait à renouveler la liturgie de l’Église et sa position face à la situation économique et sociale des pays du tiers monde ; un projet ecclésiastique qui avait déjà été établi par le pape Jean XXIII au Concile Vatican II, mais qui n’a pu être achevé en raison de sa mort en 1963.

Le pape Jean XXIII a été remplacé par Paul VI, qui était prêt à perpétuer l’héritage de son prédécesseur. En 1967, Paul VI promulgua un document intitulé « Populorum Progressio », dans lequel les conséquences du système capitaliste dans les pays les plus pauvres étaient critiquées ; comme les régions d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique.

En août de la même année, un groupe de 18 évêques dirigé par l’évêque brésilien Helder Cámara, a rédigé un document soutenant les idées établies par Paul VI dans le Populorum Progressio ; plus tard, il a été traduit et distribué, étant considéré comme le texte qui a lancé le Mouvement des prêtres pour le tiers-monde (MSTM).

Malgré le grand soutien que ce mouvement a obtenu, il a également eu des conséquences désastreuses pour ses représentants ; Ils considéraient qu’il était juste et nécessaire que le peuple utilise la violence pour se défendre de ses oppresseurs. À la suite de cela, de nombreux représentants de l’église ont été persécutés et tués, d’autres ont dû s’exiler. Le mouvement prend officiellement fin en 1973.

Trinité

L’Ordre Trinitaire ou Ordre de la Sainte Trinité et des Captifs, était une congrégation religieuse fondée par Juan de Mata en collaboration avec Félix de Valois ; approuvé en 1198 par le pape Innocent III.

L’objectif de cet ordre était de libérer et de racheter les captifs qui étaient sous le pouvoir des musulmans, par des méthodes qui n’impliquaient pas d’armes ; A cette époque (fin du XIIe siècle) la montée des croisades était présente, un système violent qui tentait de maintenir l’ordre dans le christianisme.

Cependant, les représentants de l’Ordre Trinitaire ont établi une nouvelle alternative pacifique pour la rédemption par l’évangile. Ce plan consistait à mendier dans toute l’Europe ; ressources économiques qui seraient destinées à l’achat de prisonniers en terres musulmanes. Ensuite, ces captifs ont été emmenés en terres saintes pour les libérer et les initier au christianisme.

Le succès et l’extension de cet Ordre dans toute l’Europe étaient impressionnants ; Cependant, à la fin du XVe siècle et au XVIe siècle, de nombreux aspects de cet ordre ont été négligés et détériorés, c’est pourquoi il est nécessaire de décréter une réforme.

La réforme espagnole de Juan Bautista de la Concepción a été appliquée et l’ordre est divisé en deux branches : pieds nus et chaussures. Les Trinitaires aux pieds nus correspondraient à tous ces religieux qui ont suivi la réforme de cet Ordre Trinitaire.

Aujourd’hui, l’Ordre aux pieds nus existe toujours, mais son objectif est différent ; Au lieu de libérer les prisonniers des musulmans, ceux qui sont sur le point de perdre la foi en Dieu, à cause de la persécution religieuse qui existe dans certains pays, partent.

Tridentin

La messe tridentine est le nom officiel du rite romain pratiqué dans les églises catholiques. Le Concile de Trente était l’accord qui a finalement établi ce rite et a approuvé son extension à l’église latine ; de ce concile œcuménique dérive également le terme « tridentin ».

A partir de l’année 1570, le pape Pie V fut chargé de publier les premières éditions typiques de ce rite catholique, selon les directives établies par le Concile approuvé.

Puis jusqu’en 1962 divers Papes ont apporté quelques modifications aux textes de Pie V ; étant permis dans les églises latines l’usage du Missel romain de Juan XXIII; selon les déclarations de la lettre apostolique de Benoît XVI.

Thyatire

L’église de Thyatire était l’une des 7 églises de l’Apocalypse ; le Seigneur a envoyé un message à chacun d’eux, selon l’élément significatif qui les caractérise. Dans le cas de Thyatire, son église a été réprimandée pour avoir toléré les péchés de sa fausse prophétie Jézabel.

Thyatire était une petite ville située dans une vallée, ce n’était pas un centre culturel ou religieux mais son activité commerciale était importante. En raison du commerce, diverses guildes se sont formées, qui ne représentent généralement pas une menace, mais à cette époque, les membres de ces groupes idolâtraient d’autres dieux.

Les gens qui rejoignaient ces guildes devaient participer à des banquets qu’ils avaient des raisons d’offrir à leurs idoles ; en outre, ils devaient faire partie de rites qui incluaient des actes immoraux tels que la fornication. Ceux qui refusaient d’obtempérer n’avaient pas le droit de commercer.

Cependant, ce ne sont pas les péchés qui ont provoqué la colère de Dieu, en réalité c’est la méchante femme qui a dirigé l’Église de Thyatire ; Jézabel, une fausse prophétie qui encourageait le peuple à commettre des actes païens avec la justification que tout le monde était déjà pardonné.

L’erreur que cette église avait commise était la tolérance qu’elle montrait envers la femme qui conduisait tout le peuple au péché ; Ce n’était pas simplement une personne qui essayait de corrompre les autres, c’était quelqu’un avec autorité dans l’église qui avait le pouvoir de prophétiser.

Thessalonique

La population de Thessalonique au 1er siècle appartenait à différents cultes et adorait divers dieux ; La confluence de tant de divinités représentait un problème pour l’annonce évangélique, principalement parce que ces religions étaient acceptées et pratiquées par l’État, même les autorités devaient leur appartenir en signe de leur loyauté.

Cela a rendu la tâche de Paul difficile lors de son voyage à Thessalonique; Il ne put prêcher que trois semaines aux Juifs et aux Gentils, mais s’enfuit ensuite à Bérée à cause de la persécution qui s’était déchaînée contre lui.

Cette situation a continué jusqu’à ce que le christianisme soit appelé religion officielle de l’Empire romain dans l’édit de Thessalonique. Plus tard, un archevêché a été établi dans la ville de Thessalonique et l’église de Santa Sofia a été érigée en cathédrale.

Royaume universel de Dieu

L’Église universelle du Royaume de Dieu, en abrégé IURD, a été fondée au Brésil en 1977 sous la doctrine de l’Église chrétienne charismatique évangélique. Le fondateur et chef de cette organisation religieuse est Edir Macedo Bezerra.

Macedo est un évêque brésilien qui a réussi à établir des temples sur tous les continents, à vendre plus de 10 millions de livres et à posséder la société de télévision de plusieurs millions de dollars RecordTV. Dans le même temps, il a été impliqué dans des affaires politiques telles que des campagnes électorales, et à d’autres occasions, il y a eu des spéculations sur sa participation à des affaires illégales.

Au début, cette église n’avait pas les ressources pour louer un lieu convenable pour ses cérémonies ; Le pasteur Edir Macedo n’a eu d’autre choix que de prêcher dans la rue, notamment dans le jardin de Meier à Rio de Janeiro. Cependant, ces petits rassemblements ont été rejoints par de plus en plus de personnes.

Au fil du temps, il a fallu louer des locaux plus grands, d’une capacité de 2 000 personnes ; En partie, cette popularité était obtenue grâce au travail du nom « ouvriers » que les aspirants pasteurs de cette église recevaient. Plus tard, Edir a commencé à utiliser les médias et a pu augmenter rapidement son nombre d’adeptes.

Ainsi, en moins de 30 ans, l’IURD comptait déjà environ 9 000 fidèles rien qu’au Brésil et avait réussi à établir des temples dans d’autres nations comme l’Afrique et les États-Unis ; temples qui, selon les déclarations des représentants de cette église, ont été possibles grâce aux collaborations volontaires et désintéressées de leurs fidèles.

Catholique vétéran

L’Église vétéro-catholique a ses racines dans le Concile Vatican I qui s’est tenu entre 1869 et 1870. Lors de cette réunion, l’Église catholique a accepté et établi l’infaillibilité papale ; une doctrine qui n’a pas été acceptée par de nombreux catholiques en Autriche, en Suisse, en Allemagne et en Pologne.

Ces pays en désaccord respectaient l’autorité du pape en tant qu’évêque de Rome, mais ne craignaient pas qu’une seule personne ait la capacité de définir les questions religieuses.

C’est alors que cette dispute déclencha la séparation de diverses églises catholiques de l’autorité du Pape, avec le soutien d’Elias C. Lubvman ; un historien du christianisme primitif qui a joué un rôle important dans le développement de cette dénomination chrétienne.

Les membres de cette église étaient appelés Vieux-catholiques ou Vétéro-catholiques et depuis sa fondation, ils sont restés sous l’organisation de l’Union d’Utrecht.

Quant à la doctrine vieille-catholique, elle présente certaines coutumes tout à fait étrangères à la position doctrinale de l’Église catholique ; par exemple, le célibat clérical n’est pas obligatoire pour les catholiques vétérans, ils acceptent le mariage égal, autorisent des figures féminines dans l’ordination sacerdotale et ne croient pas à l’immaculée conception de Marie.

Wesleyen

L’Église wesleyenne repose sur les fondements du mouvement wesleyen ou méthodiste, dirigé par John Wesley au XVIIIe siècle. Concernant les antécédents qui expliquent l’émergence de l’Église wesleyenne que nous connaissons aujourd’hui ; nous avons l’organisation de la première Église épiscopale méthodiste en 1784.

En 1843, une convention a eu lieu visant à la création de la Wesleyan Methodist Connection of America, une église épiscopale et sans esclavage renouvelée. Des années plus tard, sous cette dénomination, les Wesleyens ont promulgué le principe de la « sanctification ».

Le renouveau que la sanctification avait contraint les représentants de la Connexion à créer une institution plus formelle, une véritable église. C’est alors que l’Église méthodiste wesleyenne d’Amérique a émergé en 1947, supervisée par le chef de la dénomination et le conseil d’administration.

Peu de temps après, la Pilgrim Holiness Church a été formée, sous le même principe de sanctification qui avait participé à la naissance de la connexion méthodiste wesleyenne.

Enfin, dans le but de promouvoir l’union et la coopération des personnes de sainteté ; en juin 1968, l’Église de la Sainteté des Pèlerins et l’Église méthodiste wesleyenne se sont jointes pour donner naissance à l’Église wesleyenne.

Mennonite

L’église mennonite est une branche du christianisme liée à l’anabaptisme, un courant religieux qui a émergé pendant le protestantisme ou la Réforme radicale menée en Europe au XVIe siècle, à la suite de la corruption qui existait dans l’église catholique romaine.

Les personnes qui faisaient partie de cette communion n’étaient pas d’accord avec le baptême des bébés, c’est pourquoi on les appela d’abord « anabaptistes » ; lorsque la direction spirituelle passa à Menno Simons, les adeptes de cette doctrine commencèrent à s’appeler « mennonites ».

Aujourd’hui, peu de mennonites fidèles persistent, la plupart accordent plus d’importance à la culture et aux règles qu’à la foi en Christ ; pendant ce temps, d’autres ont désobéi aux commandements de Dieu.

Orthodoxe

L’Église catholique apostolique orthodoxe est une communauté chrétienne née en 1054, après que certaines églises existantes ont été séparées de la juridiction romaine. Le mot « orthodoxe » se réfère au strict respect des principes établis par une doctrine, donc cette Église maintient le credo original inchangé.

L’Église orthodoxe s’oppose aux conjectures que l’Église romaine a établies, telles que l’existence d’un purgatoire ; Selon les écritures sacrées après la mort, les âmes attendent un jugement final, mais elles ne fréquentent pas un purgatoire où elles seront purifiées de leurs péchés.

Anglican

L’Église anglicane est le nom de l’Église officielle d’Angleterre. Il survient en 1534 après que le roi Henri VIII a publié un acte de suprématie, qui lui a donné l’autorité et ses successeurs d’agir en tant que chef suprême de l’Église ; c’est alors qu’il sépara l’Angleterre de la juridiction romaine. Actuellement, cette église compte plus de 90 millions de membres et est sous la communion de l’archevêque de Cantorbéry.

Cette Église maintient la doctrine établie par Jésus-Christ et les douze apôtres, et ne reconnaît que les conciles antérieurs au schisme d’Orient de 1054. Concernant ses différences avec le catholicisme, elle souligne l’inexistence du célibat sacerdotal, du sacerdoce féminin et de la reconnaissance de deux des sept sacrements : l’eucharistie et le baptême.

Lire aussi :

Esta entrada también está disponible en: Español (Espagnol) English (Anglais) Deutsch (Allemand) Français Nederlands (Néerlandais) Italiano (Italien)

Étiquettes: